Belmont-sur-Rance gardera sa trésorerie – MIDI LIBRE

image
Un appel téléphonique, confirmé par un courrier en date du 8 octobre est parvenu ce mardi au député Arnaud Viala, signé du ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Ce dernier, réexpliquant le contexte de rationalisation nécessaire pour le réseau d ela direction générale des finances publiques, indique : « Le principe de déconcentration de proximité vise à redistribuer l’implantation du réseau de la DGFiP, à l’échelle nationale comme à l’échelle locale, des métropoles et des chefs-lieux de départements vers les zones plus rurales, en veillant à préserver la meilleure accessibilité des services publics pour nos concitoyens. Dans cette perspective et après avoir entendu les interrogations et les craintes des différentes parties prenantes, j’ai personnellement décidé de ne pas fermer la trésorerie de Rance et Rougiers. »

Des arguments longuement développés

Une décision qui satisfait pleinement le parlementaire aveyronnais. « Il y a quelques semaines, face à l’annonce très abrupte du projet de fermeture de la trésorerie de Belmont-sur-Rance et de son rattachement – en tant qu’annexe – au site de Saint-Affrique, nous nous sommes immédiatement et unanimement mobilisés afin de faire valoir des arguments à la fois simples et forts : celui des distances qu’aurait infligé aux agents des collectivités locales concernées, mais aussi à tous nos concitoyens une telle mesure, afin de pouvoir continuer à bénéficier de toute la gamme de services qu’offre une trésorerie de plein exercice, tant en matière de finances publiques locales qu’en termes de fiscalité ; celui de la volonté farouche de ce territoire du Sud Aveyron de s’organiser, de porter des projets structurants et ambitieux, de s’aménager et d’apporter un service de qualité à ses administrés. A cet égard, nous avons souligné l’audace des élus locaux qui ont su animer la fusion de trois communautés de communes et se doter d’un projet de territoire dynamique et équitable ; celui des indispensables synergies entre les acteurs locaux et l’Etat afin de préserver les atouts de notre monde rural et de rendre ses efforts efficients. »

Tous ces arguments ont été développés par des courriers au directeur départemental des Finances publiques, à travers les délibérations convergentes des tous les conseils municipaux et du conseil communautaire du territoire, lors d’une réunion de travail en juillet à Rodez, et par de longues explications que le député Viala a fournies au ministre des Comptes publics.

« Je suis satisfait que notre vision d’un monde rural opiniâtre, tourné vers l’avenir, et qui ne lâche rien, ait pu être perçue par le gouvernement. C’est cette voie qu’il nous faut suivre sans relâche pour faire prévaloir nos projets et notre foi en l’avenir », commente le parlementaire.

Nous répondons généralement dans les 24 heures, excepté le week-end.

Merci de nous avoir contacté, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nom

Entrer un Email valide

Le message ne peut être vide